Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

s’inscrire
Fermer
Votre inscription a bien été enregistrée. Fermer
Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
Fermer
 

Les conseils de vos libraires pendant le confinement

Accueil > Les conseils de vos libraires pendant le confinement
 

Les conseils de vos libraires vous manquent ?
Découvrez ici une sélection de livres incontournables !

En cette période de confinement, ces ouvrages sont tous disponibles en click & collect et sur les sites de vos librairies préférées.
Les Editions Points remercient les libraires du réseau Logo Page des libraires qui livrent ici leurs coups de coeur !

 
Couverture Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda
"Il possédait le seul antidote contre le venin de la vieillesse, il savait lire."

Luis Sepúlveda a étudié l’impact de la colonisation en Amazonie. Il s’immerge une année avec les Indiens Shuars qu’il met en scène dans Le Vieux qui lisait des romans d’amour. Une plongée au cœur de la forêt où des Indiens sont accusés du meurtre d’un homme blanc. Ils seront innocentés par le vieil Antoñio qui reconnaît dans les blessures du cadavre, les coups de griffe d’un jaguar. La vie d’Antonio a été métamorphosée grâce à l’apprentissage de l’art de vivre en forêt. Mais sa plus belle découverte restera la lecture, celle qui donne le pouvoir de voyager et de divaguer sur les mystères de l’amour. Un roman à savourer, à lire et à relire plusieurs fois, comme Antonio José Bolivar Proaño, en lisant à mi-voix des mots si beaux qu’ils permettent parfois d’oublier la barbarie des hommes.

Par Lydie Baillie, librairie Aux lettres de mon moulin à Nîmes.

En savoir plus sur Le Vieux qui lisait des romans d'amour. 
 
Couverture Le Grand Cahier d'Agota Kristof
 
Premier volet d’une trilogie parue en 1986, Le Grand Cahier est un livre marquant. La romancière hongroise donne vie à deux frères jumeaux, deux gamins contraints de fuir la Grande Ville, bombardée dans un pays en guerre. Recueillis par leur grand-mère qu’ils ne connaissent pas, une femme rustre et violente qui ne veut pas d’eux, ils vont devoir apprendre à se débrouiller seuls face aux conséquences de la guerre, et face à la méchanceté de la vieille femme. Loin d’être un livre sordide, Le Grand Cahier offre une succession de scènes que l’on voit immédiatement se jouer devant nos yeux. C’est d’ailleurs une adaptation théâtrale remarquable qui m’a fait découvrir ce livre. Les personnages du Grand Cahier sont inoubliables, incarnés dans de formidables dialogues qui naviguent entre la noirceur de la méchanceté humaine et un humour sans filtre, à la lisière du désespoir.

Par Amélie Muller, librairie Récréalivres au Mans

En savoir plus sur Le Grand Cahier. 
 
Couverture le Monde selon Garp de John Irving
Le Monde selon Garp est le quatrième roman de John Irving, celui qui l’a fait connaître. Il a eu un succès mondial et est devenu un roman culte. J’ai lu ce livre il y a longtemps, bien avant d’être libraire, je l’ai adoré et en ai lu une bonne dizaine d’autres par la suite, avec autant de plaisir. Difficile de résumer un roman aussi foisonnant où se mêlent la vie de notre héros, Garp, écrivain, élevé par sa mère Jennie Fields, infirmière qui voulait un enfant, mais pas de mari, et les textes qu’il écrit. Les thèmes, chers à John Irving (la lutte, les ours, les accidents mortels, les parents absents), ses rocambolesques rebondissements et sa cohorte de personnages en font un roman d’une grande richesse et d’une grande drôlerie. Vous ne l’avez pas encore lu ? Plongez dans le monde de Garp !
 

Par Pascale Poisson-Boulgakoff, librairie Petites Histoires entre amis à Chennevières-sur-Marne. 

En savoir plus sur le Monde selon Garp.

 



Couverture le Grand Marin de Catherine Poulain
 

« Il faudrait toujours être en route pour l’Alaska. » J’ai tout de suite été envoutée par cet incipit. Puis je suis tombée amoureuse de ce grand marin. Pour ce premier roman, Catherine Poulain s’est inspirée d’une partie de sa vie. Tout comme elle, la narratrice Lili décide de quitter le sud de la France pour l’Alaska et d’embarquer sur un bateau pour pêcher la morue. Il va falloir gagner sa couchette et ses équipiers ne vont pas lui faciliter la tâche. Avec son écriture à fleur de peau, Catherine Poulain nous raconte la douleur, l’effort, le sang, l’odeur des poissons et la volonté… Son quotidien avec ces hommes avec lesquels elle va « repeindre la ville en rouge ». Enfin, l’amour avec Jude, le grand marin qui lui susurre à l’oreille de sa voix grave : « Tell me a story. »

Par Marie-Laure Turoche, librairie Coiffard à Nantes.

En savoir plus sur le Grand Marin.

 
 
Couverture de Laëtitia d'Ivan Jablonka
Je n’aime pas les faits divers, je n’ai jamais envie de me repaître d’informations sensationnalistes et c’est probablement pour ça que ce livre m’a autant marquée… car il est tout sauf ça. Il est le «roman vrai» d’un fait de société. En 2011, une jeune fille, Laëtitia, est enlevée et assassinée alors qu’elle avait seulement 18 ans. Ivan Jablonka met toute sa subtilité et son talent d’écrivain au service de la mémoire. Il raconte ce que fut Laëtitia en tant que personne et lie cette affaire d’État à la difficile coexistence du pouvoir politique, de la magistrature et des médias. Dans ce texte puissant et documenté, il plonge au cœur du déterminisme social et d’une époque qui trop souvent déclasse les femmes, les laissant trop peu considérées par elles-mêmes, par leurs proches et même par la société.

Par Maria Ferragu, librairie Le Passeur de l'Isle, à l'Isle-sur-la-Sorgue.

En savoir plus sur Laëtitia.
 
Couverture de Les Chutes de Joyce Carol Oates
Est-il encore nécessaire de présenter Joyce Carol Oates ? Immense et très prolifique auteure américaine, elle signe avec Les Chutes, prix Femina étranger 2005, un récit époustouflant et puissant. Elle ausculte, comme personne, la société américaine. Avec son écriture ciselée, elle nous conduit sur les bords des chutes du Niagara avec « la veuve blanche », alias Ariah Littrell, veuve au matin d’une nuit de noces hallucinante. Un roman qui interroge sur la tentation du suicide et la puissance de l’argent dans l’Amérique des années 1950-1960. Un récit étrange et le souvenir encore vif de cette lecture en entamant mes premiers pas de libraire. Une émotion intense, je suis bouleversée par la beauté sidérante et envoûtante de son écriture. Je referme le livre le souffle coupé, imprégnée à jamais par ce roman.

Par Delphine Demoures, librairie des Halles à Niort.

En savoir plus sur Les Chutes. 
 
Couverture d'Un bonheur parfait de James Salter
Viri et Nedra forment un couple qui donne l’apparence de la perfection. Ils sont jeunes, ils sont brillants, ils ont une vie merveilleuse et ils se sont battus pour ça. Ils reçoivent beaucoup, ont une vie sociale riche et deux petites filles délicieuses. Tout cela serait bien ennuyeux si ce n’était pas que de la poudre aux yeux, car derrière la façade bien lisse du couple se cachent deux êtres qui accumulent les frustrations et les renoncements. Ils vont se perdre dans des plaisirs éphémères, espérant garder au moins la façade de leur couple, mais las ! Comment vivre une vie entière dans le mensonge ? James Salter dissèque cette image de papier glacé pour dire le désamour et le désarroi dans une prose merveilleusement fluide et avec une précision de langage qui m’a laissé pantelant. Ce second roman de Salter est un chefd’œuvre. Un de ces livres dont on sait qu’on ne lira plus pareil après l’avoir terminé.

Par Michel Edo, librairie Lucioles à Vienne. 

En savoir plus sur Un Bonheur parfait.
 

 
Couverture de La Serpe de Philippe Jaenada
 
Jaenada, orpailleur du fait divers. Depuis trois livres, Sulak, La Petite Femelle et La Serpe, le truculent Philippe Jaenada construit une œuvre unique et singulière qui réinvente le roman d’enquête. Dans un style inimitable, alliage d’un travail d’archives digne d’un doctorant et d’un sens inné de la digression autobiographique (et de la parenthèse), Jaenada raconte des vies brisées, exposées naguère à la vindicte populaire, pour mieux les réhabiliter. Dans La Serpe, prix Femina 2017, c’est celle d’Henri Girard, accusé du triple meurtre du château d’Escoire, qu’il passe au tamis, lui l’orpailleur du fait divers. Jaenada se met à nu tout en détricotant le souvenir. La Serpe fendille alors progressivement le cœur avant de le marquer de son empreinte. Henri, Philippe, auteur et personnage se confondent dans un portrait inoubliable.

Par Cyrille Falisse, librairie Lo Païs à Draguignan.

En savoir plus sur La Serpe. 
 

 
Couverture Le Monde de Sophie de Jostein Gaarder
Avec Sophie, la jeune héroïne du roman, vous découvrirez que non, Socrate, Descartes ou Kant ne sont pas de vieux messieurs qui ont écrit pour faire suer les élèves de terminale, mais plutôt des amis avec lesquels on peut discuter, se disputer, argumenter, car « Qu’est-ce qu’il y a de plus important dans la vie ? Tous les hommes ont évidemment besoin de nourriture. Et aussi d’amour et de tendresse. Mais il y a autre chose dont nous avons tous besoin : c’est de savoir qui nous sommes et pourquoi nous vivons. ». Le Monde de Sophie est un livre à suspense, un voyage guidé par les grands penseurs dont l’ultime étape est de penser par soi-même. Un vrai feel-good book ! Parce que penser par soi-même avec d’autres est quand même l’une des activités les plus jubilatoires de l’existence !
 

Par Christel Rafstedt, librairie Le livre dans la théière à Rocheservière. 

En savoir plus sur Le Monde de Sophie. 

 


Couverture de Parlez-moi d'amour de Raymond Carver

Raymond Carver a l’art et la manière de saisir des instants de vie, comme des instantanés, en apparence tout à fait anodins, et de nous montrer à quel point ils représentent en réalité un tournant ou parfois l’essence même d’une existence ! C’est le cas dans chacune des nouvelles qui constituent le recueil Parlez-moi d’amour. Avec son écriture dépouillée, particulièrement percutante, si émouvante, il nous touche au cœur à chaque histoire… Il nous embarque aux côtés de ses personnages, nous donnant l’impression de faire partie du tableau, et nous montrant surtout que l’intime peut être universel ! Si vous n’avez encore jamais lu ce géant de la littérature américaine, courez-y vite ! Ce recueil est une parfaite porte d’entrée, que vous ne refermerez pas de sitôt.

Par Marianne Kmiecik, librairie Les Lisières à Croix.

En savoir plus sur Parlez-moi d'amour.